Vous voulez être inclus dans ma liste de Mailing?

Le Mouvement Nouvel Elan "MONE" a commencé
avec une grande conférence de presse  et a présenté son plan d'action pour les prochains mois ...


nouveau Ouvrage

Mémorandun du 15 Juillet 2006

Appel à l’Arbitrage de Sa MAJESTE MOHAMMED VI, Que DIEU L'Assiste. 

Votre Majesté,


Les acteurs actifs de la communauté des Citoyens Marocains de l'Etranger (CME)  ont l'insigne l'honneur, tenant compte à la fois de l'opinion publique nationale et internationale ainsi que du colloque international à caractère scientifique, organisé le 29 Juin 2006 par le Centre Européen des Etudes et d'Analyses sur la Migration dont le siège est à Düsseldorf en Allemagne, en partenariat avec la Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales de Casablanca (Université Hassan II Ain Chock), de porter connaissance à Votre Majesté, la problématique non pas juridique, mais la portée politique de l'inaction des autorités concernées, concernant à la fois:

 

1/ L'absence d'application du Discours Royal du 6 novembre 2005 pour la mise en place du Conseil Supérieur de la Communauté Marocaine de l'Etranger dont le contenu du projet de Dahir le constituant -proposé par les autorités gouvernementales concernées- ne répond ni aux attentes des CME ni conforme à l'esprit du Discours de Votre Majesté. Cet état de chose n'a pas manqué tant pour la presse (inter)nationale que l'intelligentsia marocaine de poser non seulement des problèmes de crédibilité du département en charge du dossier et des remous au sein de la communauté des CME, mais également des polémiques au niveau des Partis Politiques marocains, toutes couleurs confondues, voire à des lectures partisanes entre le "politiquement correct et incorrect" et, ce malgré le Discours Historique du 06 novembre 2005 de Votre Majesté qui, non seulement ne prête à aucune équivoque juridique, mais aussi parfaitement limpide et clair quant à l'attention particulière que, Votre Majesté, leur porte.

 

2/ Le risque pour les Citoyens Marocains de l'Etranger "CME" de ne pas pouvoir participer aux élections législatives prochaines de 2007, en raison de l'inaction des responsables ministériels concernés, qui n'ont lancé aucun processus de concertation, ni avec les citoyens marocains de l'étranger, ni avec les autorités des pays de résidence pour s'informer des mesures à prendre pour l'organisation des opérations électorales, encore moins activer les choses pour rattraper le retard de la mise en place de Vos Hautes Directives en actualisant les listes électorales et le découpage des circonscriptions par pays, par région ou par continent.

 

Force est de constater, en effet, que depuis le Discours Royal, l’organisation des élections concernant les CME, n’a pas été appréhendée d’une manière pragmatique en vue de faire émerger une "feuille de route" concertée, inspirée de la réalité des CME. Les raisons de logistiques avancées par les autorités concernées ne sont point convaincantes aux yeux de l'intelligentsia marocaine de l'étranger. 

 

Car, conformément au Discours Royal de Votre Majesté du 06 novembre 2005 dont la symbolique politique est extrêmement importante, a marqué l'émergence d'un Maroc nouveau, dans lequel Votre Majesté a déclaré expressément (je cite) " Nous nous attachons à consolider les acquis réalisés sur la voie de l'unité, de la démocratie et du développement, grâce aux efforts consentis par tous les fils de la nation, à l'intérieur comme à l'extérieur du pays",  (fin de citation). 

 

Votre Majesté,


Le Discours Royal de Votre Majesté a mis en parallèle et en exergue à la fois deux institutions complémentaires, sinon deux Conseils Supérieurs, dont l'un s'intitule "Conseil Royal Consultatif pour les Affaires du Sahara" (CORCAS),…comme institution ayant pour mission fondamentale le développement des provinces du Sud et pour la défense de leur marocanité. 

 

L'autre institution que Votre Majesté a baptisé "Conseil Supérieur de la Communauté Marocaine de l'étranger", récompensant les efforts louables et mérités de la communauté des marocains expatriés, considérée par votre Majesté "comme un atout majeur pour le Maroc nouveau". Mieux encore, pour Vous citer Sire, "Nous la voyons à l'avant-garde des acteurs, qui tout en restant fermement attachés à leur identité marocaine authentique, se sont voués avec une totale sincérité au développement de notre pays et à la défense de son intégrité territoriale et de son rayonnement international".

 

Deux institutions que Votre Majesté qualifie "d'agissantes de façon utile, crédibles pour tous les aspects de la chose publique", dont l'une a été mise en place dans les meilleurs délais, fonctionne parfaitement dans les règles de l'art juridique,  en application  conformément au Discours Royal historique du 06 novembre 2005.

 

Par contre, l'autre institution en l'occurrence le "Conseil Supérieur de la communauté marocaine de l'étranger", n'a pas encore vu le jour, après plus de huit (8) mois d'attente. L'analyse du contenu du projet de Dahir le constituant, fait de lui plutôt un espace de drainage d'investissement qu'un espace de débat politique, pourtant nécessaire. La proposition de confier sa présidence (au nom de Votre Majesté) à l'autorité gouvernementale chargée des CME, ou à des personnes en guise de récompense (selon les rumeurs), pourrait lui faire perdre l'indispensable autonomie, voire le risque d'en faire une institution de plus.  


Votre Majesté, 

 

A ce titre, nous nous permettons, Sire, de souligner, que conformément au Discours Royal, la création des institutions et les Conseils Supérieurs à caractère respectivement électif et semi électif, n'est pas dû à un hasard fortuit, mais dénote en particulier du génie politique de Votre Majesté à anticiper les événements et à faire évoluer en permanence les institutions politiques avec leur temps et leur époque. La mutation des institutions électives et consultatives répond  respectivement à la mutation de la société marocaine.  

 

En effet, les mutations sémiologiques et les mutations sociologiques des nouveaux concepts politiquement significatifs, ont pour objectif fondamental non seulement de mettre en valeur le droit et le devoir des Citoyens Marocains de l'Etranger "CME" en tant citoyen élisant et éligible, mais aussi de rompre avec les expériences regrettées et regrettables du passé au bénéfice de l'espoir politique pour les élites des CME, de pouvoir participer à l'édification historique d'un Royaume, démocratique et transparent sous le Règne de Votre Majesté.  

 

C'est leur Valeur Ajoutée politique pour le renforcement de l'Etat de droit et la consolidation de la démocratie par la diversité des élites des citoyens marocains de l'étranger, évoluant dans un nouveau monde sans frontière scientifique, culturelle, économique et identitaire. 

 

Votre Majesté,


S'il est-il normal de faire appel sans hésitation à des talents sportifs CME qui ont fait la fierté de tous les marocains en défendant les couleurs du pays ainsi qu'à des notabilités économiques des CME qui ont contribué au développement économique et social du Royaume, pourquoi n'est-il pas normal de faire aussi appel à des notoriétés intellectuelles et universitaires CME pour le renforcement de l'Etat de droit et la consolidation de la démocratie par leur diversité biculturelle.

La représentativité politique, culturelle, économique et sociale des CME, à travers les institutions politiques à caractère électif ou semi électif, est  non seulement un capital symbolique (qui n'a pas de prix monétaire), mais une valeur juridique :"un droit et un devoir de citoyenneté" qui ne sont ni négociable constitutionnellement parlant, ni reportables sine die aux calendes grecques politiquement en raison des problèmes de logistiques et techniques.

 

Prétexte technique inadmissible ou alibi de logistique inacceptable, nous savons tous que les autorités gouvernementales sont en mesure de réaliser des miracles quant il le faut. Ce qui leur manque en réalité, c'est une volonté politique pour activer la dynamique de la chose publique et la chose politique avec les moyens technologiques en vigueur dont ils disposent.

 

Pourrais-je, Sire, me permettre de vous rappeler, à toutes fins utiles, qu'en dehors du patriotisme économique, sportif et artistique, les CME disposent aujourd'hui des élites universitaires et des technocrates binationaux, biculturels et bicitoyens ordinaires, mais aux talents politiques extraordinaires dont le Royaume se prive, en raison non pas de la "lutte des classes" dépassée, mais en raison de la « lutte des places ».

 

Votre Majesté


Les Citoyens Marocains de l'Etranger "CME", ne cherchent pas aujourd'hui ce que l'Etat marocain va leur donner, mais cherchent plutôt ce qu'ils peuvent donner comme talents politiques pour un Maroc ouvert à la compétitivité démocratique dans tous les domaines et particulièrement dans le champ politique. C'est leur valeur ajoutée politique et symbolique pour le Royaume de demain.

La bi-culturalité et la bi-citoyenneté des Citoyens Marocains de l'Etranger ne sont que des nouveaux concepts, sécrétés et produits par la mondialisation qui, certainement et par la volonté politique de Votre Majesté, va enrichir indubitablement la culture politique des Partis et la Démocratie, par l'apport d'une nouvelle élite  aux structures internes des institutions marocaines à caractère électif ou semi-électif.

 

De ce point de vue, la vision de Votre Majesté, est parfaitement en avance sur son temps, illustrée dans le fameux Discours Historique et Historiciste du 6 novembre 2005 "Nous sommes sensibles aux aspirations légitimes des différentes générations de notre communauté résidant à l'étranger, qui entendent exercer leur citoyenneté pleine et entière, et combien Nous tenons à voir s'impliquer, de façon utile et crédible, nos citoyens émigrés dans toutes les institutions et tous les aspects de la chose publique".


A ce titre, Votre Majesté a déjà pris l'initiative louable et courageuse de réaliser quatre (4) décisions extrêmement importantes et complémentaires les unes des autres pour les Citoyens Marocains de l'Etranger "CME". Or, l'absence de suivi et la non application de ces mesures méritoires pour les échéances électorales de 2007, ont pris à ce jour plus de huit (8) mois de retard,  sans aucune raison valable, ni concertation avec les intéressés, encore sans explication crédible de la non application des 4 Initiatives Royales, en dehors des rumeurs créant à la fois :

 

1/ Un psychodrame pour l'intelligentsia des citoyens marocains de l'étranger, qui ont le sentiment que les responsables du dossier ignorent la nouvelle réalité des citoyens marocains de l'étranger et  le fonctionnement des systèmes politiques des pays de résidence dans lesquels ils évoluent. En effet, de la manière dont le dossier est géré,  il en ressort que les responsables concernés n'arrivent pas à mesurer tous les paramètres politiques des attentes des CME et des Directives de Votre Majesté, et surtout l'importance  de leur mise en œuvre.

 

2/ Un sentiment de psychose injuste et injustifié s'est installé au sein de la communauté des CME. En effet, le report de leur participation politique sans aucune explication crédible, a engendré un sérieux malaise au sein de cette communauté. Aux yeux des CME, cette décision ne peut être comprise que si le report est pour quelques mois, le temps de régler des éventuels problèmes techniques. Car la faisabilité de la participation politique des CME aux législatives de 2007 est à notre humble avis prouvée à plusieurs égards.  


Votre Majesté,


Si cette situation psychologique à double tranchant, est extrêmement grave politiquement, la stratégie de prudence des autorités gouvernementales concernées, compréhensive certes, mais infondée, risque de jouer le jeu politique inconsidérément des extrémistes de tous bords, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur du Pays. Cet état de chose est analysé et observé, de visu par le Centre Européen des Etudes et d'Analyses sur la Migration par une série de débats et d'entretiens avec les élites des Citoyens Marocains de l'Etranger - toutes tendances confondues-. Telles sont également les nombreuses questions posées, par ces élites CME lors des rencontres avec les différents Partis politiques marocains qui ont organisés des tournées en Europe et même aux USA en vue de préparer les élections législatives de 2007.

 

A cet égard, tenant compte de Vos Hautes Directives Royales, il est inconcevable, aux yeux des millions de CME, que deux institutions jumelles semblables, dont l'interprétation restrictive est invraisemblable au niveau juridique, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur, bien qu'elles soient nées le même jour (le 06 novembre 2005), avec le même Discours Historique de la Marche Verte, annoncées avec la même intention politique en vue de "consolider les acquis réalisés sur la voie de l'unité, de la démocratie et du développement, grâce aux efforts consentis par tous les fils de la nation, à l'intérieur comme à l'extérieur du pays" pour reprendre les mêmes expressions de Votre Majesté, soient traitées si différemment au niveau de la mise en application.

 

Malgré les huit (8) mois d'attente et le report injustifié, force est de constater que les Citoyens Marocains de l'Etranger n'ont perdu l'espoir ni de participer aux élections législatives de 2007, ni de voir le Conseil supérieur doté d'un contenu adéquat. L'espoir de voir Votre Majesté relancer et confirmer, les quatre (4) décisions irréversibles, citées lors du Discours Historique du 06 novembre 2007 sont omniprésentes dans l'esprit de la quasi-totalité des CME, qui n'ont jamais cessé de croire en la Volonté Royale. 


Votre Majesté,


L'interprétation extensive par la société civile (Citoyens Marocains de l'Etranger) et l'interprétation restrictive par la société politique (Partis Politiques), l'inapplication des Hautes Directives du Discours Royal (par les autorités gouvernementales concernés), notamment des quatre décisions Royales, pose forcement aux yeux de l'opinion publique (inter)nationale en général et des CME en particulier un problème politique d'une part et une problématique de crédibilité de taille d'autre part.

 

A cet égard, le centre européen des études et d'analyses sur la Migration a l'intention de procéder à une vaste consultation des CME, afin de préparer dans les meilleurs délais avec l'automne 2006 un Mémorandum à l'adresse de Votre Majesté. L'objectif est d'essayer de livrer la vision politique des élites des CME à la fois à court et à moyen terme pour les élections législatives, prévues pour 2007 d'une part.

 

D'autre part, de réaliser une étude sur une vision politique décennale pour 2017 et vicinale pour 2020 pour les Citoyens Marocains de l'Etranger "CME", étant donné que ces derniers ne sont pas seulement une source de stabilité financière et économique, d'épargne et d'investissement permanent, mais également -et surtout- un atout politique considérable.  

 

Atout politique, qui n'est que rarement pris en considération. En effet, ni l'intégration des CME dans les sociétés des pays de résidence, ni l’expérience et le savoir-faire de leurs élites n’a pu venir à bout des idées périmées qu’on se faisait autrefois de "OMALOUNA FI AL KHARIJ". En effet, dans l’esprit de certains responsables, cette population est considérée uniquement  en tant que source de devises sans aucune valeur intrinsèque. L’image récurrente du MOHAJIR analphabète envenime encore les rapports entre les citoyens marocains de l’étranger et certains responsables  marocains.

 

Votre Majesté,


De nombreux citoyens marocains de l'étranger, ayant une double nationalité, sont déjà des élus dans les  Parlements nationaux et Européen, sont des conseillers des Hommes et des Femmes politiques, sont des cadres importants dans le monde du travail et celui de l'associatif international. Dotés d’une culture politique empreinte des démocraties occidentales, diplômés et accédant à des postes à responsabilité, les élites CME aspirent à une reconsidération des liens et des rapports avec leur pays d’origine. Ils recherchent une nouvelle forme de citoyenneté, authentique et responsable ainsi qu’un «relationnel» exprimé autrement que par des slogans conjoncturels. Est-il normal dès lors qu'ils réussissent à être des "têtes d'affiche" en dehors du territoire marocain, tant dans le domaine politique, scientifique, littéraire, culturel, qu'artistique et sportif, soient des "têtes baissées" dans leur propre pays d'origine ?

 

Aussi curieux que cela puisse paraître, ce qui leur est permis dans les pays de résidence, ne l'est pas dans leur propre pays ?  Est-il normal, que l'Occident leur donne "un coup de main juridique", grâce à une politique d'immigration à la fois méritocratique, compétitive et intégrative, voire avec une discrimination positive, alors que leur propre pays leur donne "un coup de pied juridique" par des discriminations négatives, par l'exclusion involontaire des décisions précipitées et hâtives qui, prises par les autorités gouvernementales concernées, ont besoin d'être revues et corrigées par l'Arbitrage et la Sagesse de Votre Majesté. 

 

Votre Majesté,


Dans cette perspective, les Citoyens Marocains de l'Etranger "CME", seraient très reconnaissant à Votre Majesté de prendre les mesures nécessaires et urgentes qui s'imposent- et qui conviennent le mieux à Votre Majesté- pour corriger les négligences administratives ou les précipitations politiques sans l'intention de nuire, par les autorités gouvernementales concernées. 

L'espoir des millions de CME est de voir Votre Majesté instituer une commission Ad Hoc royale de quelques Marocains d'ici et de là-bas, actifs dans ce domaine, dont la durée pourrait être limitée dans le temps (à ne pas dépasser mars 2007 par exemple). Celle-ci aurait l'obligation après consultation des responsables du dossier, des acteurs de la vie politique marocaine et ceux de la communauté des CME, de proposer à Votre Majesté la composition et les objectifs du Conseil Supérieur ainsi que la faisabilité et les mécanismes de la participation politique des CME.

 Avec nos remerciements anticipés pour la confiance que votre Majesté témoigne à la communauté des CME et l'attention particulière que Votre Majesté portera à ce sujet d'une actualité brûlante à un an des élections législatives, prévues pour l'année 2007.

 Avec Votre permission, nous voudrions présenter à Votre Majesté, l'expression de nos sentiments les plus dévoués, nos vœux déférents en félicitant Votre Majesté, à l'occasion de la Fête du Trône et souhaitons une longue vie à Votre Majesté ainsi qu'à Son Altesse Royale  le Prince Héritier Moulay El  Hassan  et à l'ensemble de la Famille Royale.

 

Rabat le 15 Juillet 2006

 

Said Charchira

 

Directeur du centre européen d'études et d'analyses sur la Migration



Druckversion Druckversion | Sitemap
© companyname

Diese Homepage wurde mit 1&1 IONOS MyWebsite erstellt.